Chaque image est le résultat d'un court-circuit, d'une collision entre deux photos et deux photos seulement, provoquée en dépit des proportions et de la perspective. Fontanesi reconstruit la réalité : il déforme, joint, comprime, coupe, agrandit, tout cela pour nous donner l'idée d'un monde drôle et délirant qui se superpose au nôtre, un nouveau monde perturbé naît de ces collisions : chien à casquette, homme-sapin, femme-voiture et camion-église. 

Le travail de Fontanesi est surtout la création d'un folklore provincial moderne, fait de vieillards à deux têtes, de verres d'Apérol dont les pieds poussent, de corps humains qui sortent de corps humains, de créatures à la fois impossibles et inutiles. 

Qui est ce Fontanesi ? 
C'est un mystère, personne ne le sait à part lui-même. Sur son Instagram, il indique que seules 11 personnes l'apprécient vraiment mais il a quand même plus de 60k followers qui le suivent. Son compte Instagram, démarré en 2012, compile ces montages de deux images exécutés grâce au logiciel de l'application (Instagram Layout). Sa photo de profil indique aussi qu'il s'agit d'un monsieur d'un certain âge qui s'est trouvé un passe-temps original.

Fontanesi repeuple votre quotidien de lutins et d'esprits protecteurs qui, imprimés dans vos esprits, ne tarderont pas à se manifester devant vous dès que vous vous retrouverez à fixer la foule en attendant le tram, à prendre votre petit-déjeuner dans un restaurant en plein air ou à faire la queue à la machine pour payer le stationnement. Et un sourire vous échappera. 
Car Fontanesi est surtout un puissant anti-dépresseur pour les heureux qui le suivent.